P SG

Cali 31 décembre 1999.

Il est 17 h 56 à l'horloge de la plaza de Cañaveralejo. Jean-Baptiste est le triomphateur absolu de cette fin d'année. Six oreilles en deux jours et, aujourd'hui, une prestation magistrale qui éclipse celle de son rival et ami El Juli. Le public est conquis. Le cœur des colombiennes aussi.

17 h 57 : la présidence accorde la vuelta posthume à Ovejero, splendide toro de Torrestrella. Le temps qu'arrive le train d'arrastre, il est 17 h 59. Un groupe d'aficionados français, drapeau tricolore en main, lance le décompte des secondes, bientôt repris par toute la plaza.

À 18 heures, il est minuit à Paris et à Madrid. La plaza explose de joie. Français et colombiens s'embrassent. Les larmes se mêlent au champagne, à l'aguardiente et au cuba libre.

Si le bonheur existe, il est né en l'an 2000. Une demi-heure plus tard, Paco Perlaza, l'enfant du pays, gracie le sixième toro. Trois gamins, dont l'aîné a tout juste dix-huit ans, viennent de donner une leçon de toreo à une plaza en folie. L'espagnol, le français et le colombien, accompagnés du président de la Plaza, sortent en triomphe.

Une nouvelle page est ouverte…

logo de la feria de cali