toro--Au campo
--------Camille Alibert


Je me rappellerai toujours avoir traversé ce pré.
Un soleil accablant, une chaleur étouffante.
Les toros couchés, fraîchement marqués.

Il paraissaient si calmes, cependant, il flottait une atmosphère lourde, angoissante. Des yeux noirs me fixaient sans relâche. Il n´y avait aucun danger, mais je devinais la fougue qui animerait bientôt ces étranges bêtes. Cette force qui réduirait l´adversaire ou qui l´honorerait. Ces taureaux dégageaient une telle puissance et s´alliaient avec tant de passion au soleil que je compris que ma place n´était pas ici. Ici, dans ce pré mort et grillé, où il n´y aurait pas de combat.

Juste un rapport Dominant, Dominé.
Juste la loi de la nature, exercée. Ils attendent, immobiles, les yeux brûlés par le soleil.
Température haute, calme apparent, sueur, le torero scrute le toril, aveuglé par les flammes du jour.

Attendre sans cesse.
Lenteur des gestes.
Recherche permanente de la grâce.
Puis l´art, le courage, le spectacle.

Et la violente beauté qui fait de la corrida un être de chair, animé par la vie même.

Des poussières de roses, des capes se déposeront, flottante, au gré des courants ensanglantés qui coloreront le sable des arènes.

Camille Alibert
mai 2000

 

<<< edito
retour aux 5 edito

 

anciens edito
les anciens edito de Camille

 

qui ?
qui est Camille ?

 

 

toro--Maintenant, il est là, seul...
--------Camille Alibert


"Il n'y a pas de haine dans la corrida, il n'y a que de l'amour et de la peur"
Jean Cocteau

Maintenant, il est là, seul. Entouré, encouragé, mais profondément seul. Il glisse lentement vers cette solitude qui le gagnera totalement quand il entrera.

Il entrera la tête haute, le sourire aux lèvres, la peur au ventre. Hanté par l'amour qui le lie à la bête. Il sera droit, fier, faible et impuissant face à cet amour qui le tuera. Des yeux hagards le scruteront, les siens seront envoutés, hypnotisés par ceux de la bête. La lutte pourra alors commencer. dans un autre monde, sur une autre planète, il luttera.

Peut-être a-t-il signé son arrêt de mort ? Alors, l'envie de prendre des risques, de faire frémir tous ces regards oppressants, ne le quittera plus. La magie fera son effet. Et alors tout deviendra différent : toutes les notions essentielles quitteront son esprit et l'ivresse, la sensation d'infini, l'envahiront. Transporté dans l'allégresse de la danse suprême, il jouera son rôle. Il s'enveloppera de sa cape pourpre, la fera vibrer et glisser comme un linceul sur la bête.

Les applaudissements résonneront au fond de lui, chassant pour un instant cette peur incontrôlable. il jouera longtemps. Il aimera le toro longtemps, de toutes ses forces, et il le tuera tel un amant inassouvi. On ne distinguera plus le Beau de la Bête. Tous deux paieront ce combat. Et cette même solitude le prendra à nouveau : perdre ou gagner, quelle importance ? Le voilà privé de sa cavalière de bal, de son amour d'un soir, de son amour d'une corrida.

Puis, le soleil se couchera aussi rouge que ces larmes de sang qui roulent, épaisses et veloutées, sur le costume glorieux du vainqueur.

Camille Alibert
novembre 1999

 

<<< edito
retour aux 5 edito

 

anciens edito
les anciens edito de Camille

 

qui ?
qui est Camille ?

 

 

 

 

toro--Bio de Camille Alibert


CamilleCamille Alibert à 15 ans, elle est née à Béziers.
Elle est en Seconde littéraire et veut devenir journaliste.
Camille Aime le cinéma, et la musique de cinéma, joue au tennis et fait de la danse.
Elle aime les Beatles et Nirvana.
Quand elle écrit son premier édito (novembre 99) elle n'a assisté qu'à 2 corridas : une avec SF MECA, l'autre avec Ponce et El Juli .

 

 

 

 

toro--Textes de Camille Alibert pour Alternative

Au campo (mai 2000)
Maintenant, il est là, seul. (novembre 1999)

 

 

<<< edit
retour aux 5 edito