toroFERIA DE DAX 99
 
vendredi 13 aout 99 18h00
toros de jandilla
manuel caballero
jose tomas
el juli

toroCa siffle à Dax...

Caballero : sifflets au premier toro avis et sifflets au second
Jose Tomas : oreille et oreille
El Juli : salut au tiers et sifflets

13 août, 18h00 à Dax, première corrida de la feria, à guichets fermés. Il y avait 6 toros + 1, le quatrième remplacé (colonne vertébrale tordue, ou arrêt cardiaque, le toro par terre...)

L'élevage de Jandilla, qui présentait des toros faibles hier a Béziers, à sorti un lot quasiment intoréable, excepté le cinquième. De peu de charge, avisés, avec souvent des coups de cornes intempestifs sur la droite, méprisants les capes pour filer droit au cheval.

Les toreros ont passés l'après-midi à courir après les bêtes pour essayer de les récupérer.

Caballero est un sacré tricheur, jamais croisé, utilisant exclusivement le pico, et gâchant le peu de qualité de ses toros à la pique. Pour son premier, une monopique carioquée (3 impacts), puis un picotazo.
Sur son second toro, le cheval est renversé sur la première pique, puis deux piques dans l'épaule sur le cheval de réserve.
Caballero est vraiment passé pour un clown se moquant du public.

Jose Tomas est la satisfaction de l'après-midi.

Pris à son premier toro par un coup de frontal, il s'en sort bien. Un quite par gaoneras, muletazos ultra croisées, des naturelles à se faire marcher sur les pieds, et une mort rapide lui assure une oreille.

Le cinquième, qui vient de très loin, est certainement le meilleur de l'après-midi.
Jose Tomas lui a servi une faena exclusivement gauchère, qui lui valut la musique. La musique contestée par le public, Jose Tomas la fait arrêter.
Le garçon est courageux, et cela plaît au public. 1 oreille, malheureusement perdue à l'épée, sera retrouvée par le président. Il refusera en grand monsieur la sortie en triomphe.

El Juli se présente à Dax. Cette présentation fut en demi teinte.
Sur le premier, il eut le mérite d'essayer, bon aux banderilles, il brinde au public.
Mais le toro n'avait rein à gauche, un peu à droite. 1 entière engagée l'amènera à saluer au tiers.

Le dernier toro de l'après-midi n'ayant rien à donner, et à qui nul ne pouvait rien prendre, El Juli écourta à la demande du public et tua d'une entière dans le poumon.

Pour la sortie des maestro :
sifflets pour Caballero
silence et sifflets pour El Juli
Jose Tomas ne sort pas en triomphe, mais reçoit les faveurs du public par des applaudissements très nourris.

La présidence est sifflée, mais l'honneur sera sauf, elle sera à l'heure pour le match de rugby Dax Mont de Marsan qui commence à 21h00.

L'élevage a été sifflé. Les toros n'étaient pas faibles, ils ne sont pas tombés, et le cinquième était très noble.

Antoine Lacoin

pour dire son mot, donner son avis, la bronca c'est fait pour ça !

  toroFERIA DE DAX 99
 
samedi 14 aout 99 18h00
toros de torestrella
cesar rincon
el cordobes
uceda leal

toroLa présidence tire plus vite que son ombre !

Cesar Rincon : 1 oreille, salut au tiers
El Cordobes : 2 oreilles, salut au tiers
Uceda Leal : 1 oreille et silence

Il est sorti cet après-midi un lot de torestrella très mal présenté, principalement de cornes, l'afeitado étant visible pour le premier et le troisième.
Le toro le plus exemplaire, armé très large, est resté au toril.
Les poids s'échelonnaient de 517 à 562 kg.
Intéressants de moral, ils proposaient néanmoins des problèmes aux toreros qui, si ils s'étaient donné la peine de les résoudre, auraient certainement ouverts tous les trois la grande porte.

Cesar Rincon faisait son énième retour pour une énième résurrection annoncée.
Il commence fort par une mise en suerte par chicuelinas, et débute sa faena aux planches en faisant malheureusement taper le toro sur la barrière à plusieurs reprises.
Il démontre par la suite qu'il n'a pas, ou ne veut plus avoir cette faculté d'améliorer le toro .
Après une entière, il promènera une oreille généreuse du fait du défaut de réel travail sur le toro, ce qui lui vaudra quelques sifflets de la part des toristes.

A son deuxième, qu'il brindera à la pena zinzin de Paris, une mauvaise gestion des terrains le fera passer à coté d'une faena plus liée si il avait amené son toro sur un meilleur terrain.

El Cordobes à Dax est classique.
Exit les sauts de grenouilles et autres singeries qui impriment sa marque dans les arènes du monde du toro.
Il touche un toro cornu brave, dont il ne mettra pas la noblesse en évidence, et deviendra vite ennuyeux, tuera d'une entière engagée, et viendra saluer au tiers à l'invite du bas des tendidos ombres…

Son cinquième est vraiment débordant volonté, de noblesse et d'allant.
Il lui servira une faena non structurée, et reviendra a son registre habituel en toréant plutôt le public que l'animal.
L'attention se relâchant, la sanction est immédiate : attrapé 2 fois, il prendra une cornada à la fesse gauche, puis au mollet.
Jouant la carte de la blessure, une fin de faena tremendiste, et une bonne épée lui vaudront les beaux yeux de la foule et 2 oreilles.
(brindis à un petit garçon au premier, et au public au cinquième)

Uceda Leal pris des soins de chirurgien pour accompagner son faible premier, faiblesse due plus certainement à un dosage approximatif du châtiment qu'au sang du toro, encore que…
Une faena alternée déclenchera la musique et une entière concluante lui permettra de faire un tour de piste une oreille en main.

A son second, compliqué et chargeant en zigzag, il essaiera sans réussir, en montrant de l'envie.
Ce torero est à revoir, quand il aura un peu mûri…
Salut du peon au second pour une superbe paire de banderilles.

Pour les toristes, les tercios de piques ont été semblables :
première pique sévère et carioquée aux 6 toros, seconde pique picotazo et retrait immédiat de la lance, ce qui est a mon avis très démagogique.
Tous les picadors ont ete applaudis.

La présidence trop généreuse avait du enduire ses mouchoirs de vaseline tellement ceux ci sortaient facilement et rapidement, tant pour la musique que pour les oreilles. Une oreille est méritée pour El Cordobes, mais vraiment toute petite.

Antoine Lacoin

pour dire son mot, donner son avis, la bronca c'est fait pour ça !
  toroFERIA DE DAX 99
 
dimanche 15 aout 99 11h00
toros de sanchez cobaleda
leonardo hernandez
pablo hermozo de mendoza
marie sara
paco ojeda
marie sara + paco ojeda

torocorrida de rejon

leonardo hernandez : tour de piste
pablo hermozo de mendoza : salut
marie sara : tour de piste
paco ojeda : 2 oreilles
marie sara + paco ojeda : 2 oreilles

Sortie en triomphe pour Marie Sara et Paco Ojeda.
Le second toro à fait un tour de piste.

(Antoine n'a pas assisté à la corrida. Info transmises
par Pierre Arnouil, chroniqueur taurin à Radio France)

pour dire son mot, donner son avis, la bronca c'est fait pour ça !
  toroFERIA DE DAX 99
 
dimanche 15 aout 99 18h00
toros de diego puerta dianez y hermanos
diego urdiales
paco ojeda
el cordobes

toroDes toros ! Des toros ! Des toros ! ! !

Paco Ojeda : 1 oreille de télévision 1 vuelta
El Cordobes : silence, salut au tiers (+ pétition minoritaire pour une oreille)
Diego Urdiales : vuelta et salut au tiers +vuelta avortée

Les toros pesaient de 465 à 521 kg.

750 000 francs, c'est le montant du cachet d'Ojeda pour doubler le même jour à cheval et à pied, une exclusivité mondiale.
750 000 francs, que les contribuables de Dax, et nous autres spectateurs avons contribués à payer.

En vérité, ce cachet n'aura servi à rien, si ce n'est que raviver faiblement les souvenirs qui ne sont plus que la pâle restitution de ce qu'il faisait il y a à peine dix ans…

Cette corrida prometteuse sur le papier est je l'espère le plus grand flop tauromachique de la feria.
Les toros sont sortis faibles, très faibles, trop faibles en fait pour servir l'étoile, le fils de l'on ne sait plus trop qui et l'aspirant du jour.

Faiblesse doublée de cornes suspectes, et pour couronner le tout, une présentation scandaleuse pour une plaza de première catégorie (décision votée par l'UVTF en janvier 98)
(les toros doivent sortir à au moins 475 kg, or les poids affichés aujourd'hui étaient ceux mesurés lors de l'embarquement ; sachant qu'un toro perd dans les 40 kg pendant le voyage, on peut considérer qu'au moins 5 toros aujourd'hui étaient d'un poids inférieur à la norme ! La faute est à porter au crédit - ou au discrédit - de la commission taurine municipale et des toreros)

Ojeda n'a pas pris la main gauche durant son premier toro.
Jolies passes qui nous rappellent une gloire désormais fanée.
Le public demandera 2 oreilles, il n'en aura qu'une.

A son second, trop faible et arrêté, il utilisera la main gauche pour une série qu'il aurait du répéter pour pouvoir allonger la charge du toro.

El Cordobes, hier, n'a pris qu'une tumade.
Présent au poste, il effectuera une prestation sans relief, entrant dans le registre de son " père ".

A son second, une entière engagée et fulgurante fera sortir sur les gradins les mouchoirs, trop clairsemés, cependant pour que le président, malgré une bronca, ne donne satisfaction.

Diego Urdiales prenait son alternative.
Premier toro brindé au papa, comme le veut la tradition.
La force du toro ne lui permettra pas de briller.

Son second, certainement le plus intéressant de la tarde, se comportera comme un manso perdido au cheval qui officie, pour 4 piqûres en faisant voler le piquero à la première.
Il prendra ensuite une sérieuse ration de fer au réserve.
Il aurait fallu que ce toro soit replacé pour une seconde pique, au réserve ou ailleurs, pour bien mesurer la qualité essentielle du toro : sa bravoure.

Plus un billet disponible, public de canal plus, présidence sérieuse (enfin, plus qu'hier…), volvic citron rafraîchissante dans mon sac, courses trop courtes pour avoir le temps d'être ennuyeuses.

Espérons que demain, il sortira des TOROS pour nous faire oublier l'apathie qui nous gagne…

Antoine Lacoin

pour dire son mot, donner son avis, la bronca c'est fait pour ça !
  toroFERIA DE DAX 99
 
lundi 16 aout 99 18h00
toros de cebada gago
stéphane fernandez meca
pepin liria
jose luis moreno

toroZzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz…

Stéphane Fernandez Meca : salut au tiers, 1oreille de pochette surprise rentrée au gilet, vuelta et sifflets
Pepin Liria : avis et avis partagé, 1 oreille tombée de nulle part
Jose Luis Moreno :sifflets et silence pesant

Apres 5 jours de feria, d'un point de vue taurin, Dax est une petite ville sans histoire, ou il ne se passe rien.
Commentaire ultra rapide ce jour, vu le peu d'intérêt de l'après-midi.

Meca vaillant mais vraiment juste de moyens, Liria jamais croisé (qui sait si il le sera un jour à Dax ?…), Moreno trop vert et sans envie.
Les toros pas intéressants, sauf le 2 et le 4, variés de cornes, le trapio homogène (les poids : 483, 503, 496, 498, 494, 470, remplacé par un toro de 514kg).

La présidence a été scandaleuse, à un point qu'il est difficile d'imaginer pire, donnant une oreille à Meca et Liria qui méritait tout au plus une vuelta, et encore…

Le président à changé le sixième, qui ne présentait aucun défaut physique, PARCE QU'IL NE CHARGEAIT PAS! ! ! (le toro, je le rappelle, se révèle et s'affirme souvent dans son caractère à la pique)

Pari gagné pour la première montgolfière de l'après-midi.
Il a été décidé dans les gradins d'instaurer un alguazil de touche (avec un petit drapeau) pour veiller au fait que le cheval ne dépasse pas la ligne.
L'eau de Dax à un sale goût, ce qui est normale pour de l'eau thermale.

La lidia d'un toro a-t-elle encore des adeptes à Dax ? ? ?

Une interrogation : la somme touchée par le président pour cette " prestation " ? ? ?

Antoine Lacoin

pour dire son mot, donner son avis, la bronca c'est fait pour ça !
  toroFERIA DE DAX 99
 
mardi 17 aout 99 18h00
toros de samuel flores
enrique ponce
morante de la puebla
miguel abellan

toroMouchoirs pour les oreilles, et pour essuyer les yeux

Ponce : oreille + oreille, oreille + oreille + la queue !!!
Morante de la Puebla : oreille + oreille, oreille + oreille
Abellan : oreille, oreille+oreille

Il est des jour ou l'ampleur de l'événement font que les mots restent dans la gorge, et que l'on se trouve complètement perdu.

En sortant de la corrida, on pouvait voir les habitués des arènes errer, comme s'ils n'avaient absolument rien à revendiquer, rien à dire, comme s'ils ne le voulaient pas et préféraient garder pour eux cette émotion, par ce que cette après-midi, il y eu de l'émotion.

Le lot de Flores était noble, très noble, mais certainement pas fade. La caste de leur race apportait le piment nécessaire à une grande journée.
Tout de même faible (6 piques), ils servirent les trois toreros qui pour la première fois de cette feria effectuèrent un réel travail.

Des gestes taurins, il y en eu.
Passons sur les deux premiers toros qui furent anecdotiques.

Nous avons vu cet après-midi le temple d'Abellan, un pecho long comme la rue de Vaugirard, des séries sans bouger, et des naturelles étirées à l'extrême sur le second toro de Ponce.

Toute la faena de Morante de la Puebla à son second toro, et surtout une série de trincheras supérieures.

L'estocade portée a recibir, les trois redondos de la main droite, et ce qui doit être la meilleure estocade de la feria, le recibir de Abellan…

Passons sur les choix de la présidence ; nous avons vraiment vu une bonne corrida qui comportait les trois éléments essentiels que sont les toros, les toreros et le public.

Cela clôture de la meilleure façon possible cette feria dacquoise.

A noter, pour le traditionnel agur jaunak qui a été joué comme d'habitude par toutes les bandas, le chef d'orchestre qui à fait le tour de la piste pour se placer devant le toril, et qui a dédié cet adieux à la feria au mayoral de la plaza décédé fin 98.

Grosse émotion, larmes dans les gradins, il faudra certainement quelques jours, semaines ou mois pour digérer, analyser et comprendre les satisfactions et les regrets de cette corrida.

Pétition de queue pour Abellan à son second (5 bonnes minutes), et pétition de vuelta al ruedo pour le quatrième toro (le toro de la queue).

Antoine Lacoin

 
pour dire son mot, donner son avis, la bronca c'est fait pour ça !