au sommaire
cette semaine

echos du
callejon

historique
corrida
à dax :
onze oreilles
et une queue !

bayonne :
les photos
d'un
week-end
inoubliable

bilbao :
feria
de bon niveau
oreilles pour
le juli,
morante,
ponce,
caballero
et liria

málaga :
grande
journée
de morante
belles faenas
de conde,
ponce,
josé tomás
et
ricardo ortiz
retour au
premier plan
de
rivera ordóñez

curro romero
inspiré à
antequera
et à
baeza
en france

abonnement

127 lundi 23 août 1999

POURQUOI PONCE EST LE MEILLEUR

L'afición du Sud-Ouest aura vécu un inoubliable week-end du 15 août entre Dax et Bayonne. Et ceux qui ont voyagé cet été, ne serait-ce que jusqu'à Pampelune et Saint-Sébastien, auront pu également se rendre compte de la supériorité, désormais indiscutable, de Enrique Ponce sur tout le reste des toreros.

Depuis 1992, Ponce règne pourtant sans partage. Alliant presque tous les talents – technique, courage, art, plastique, intelligence – il aura pourtant longtemps énervé ceux qui lui ont presque toujours renié ses triomphes, lui cherchant de virtuels compétiteurs passés ou présents, dénonçant sans vergogne la facilité avec laquelle il torée et confondant le public en faisant passer l'aisance et la sérénité pour de l'artifice et du superficiel. Combien de fois ai-je entendu avec stupeur parler de la "légèreté", du "torero des bordures", du "toreo avec préservatif", et qu'il valait mieux avoir tort avec Zocato que raison avec Del Moral.

La suprématie de Ponce sur tous ses compagnons d'étage est pourtant incontestée depuis des années. Il est la principale figure du toréo de cet entre deux siècles pour une raison bien simple : il sait égrener une tauromachie de filigrane, liée, reposée, parfaite mais surtout il est capable de le faire malgré les conditions adverses de nombreux toros. Et je dois dire qu'en trente ans de fréquentation assidue des arènes, c'est le meilleur torero que j'ai jamais vu. Et ce qu'il a fait à Dax mardi dernier reste le sommet de ma carrière d'aficionado.

En fait, l'intelligentsia des tendidos, dans son loisir affiché d'aller contre la foule, renie souvent Ponce pour ce qu'il est plus que pour ce qu'il fait. Et c'est vrai que pour un journaliste sans compétence particulière en la matière, c'est un type désespérément normal, donc médiatiquement inintéressant. Sa mère ne l'a pas abandonné. Son père ne l'a pas battu. Il n'a souffert d'aucun régime totalitaire et n'incarne aucune minorité en péril. Il a épousé une très jolie femme et j'irai même à penser qu'il couche avec elle. Il parle normalement en regardant dans les yeux et n'éprouve pas le besoin de se singulariser hors des arènes.

Et les gens qu'on qualifie de "poncistes", ceux d'avant le 17 août 1999, ne vont voir toréer Ponce que pour le plaisir des yeux : admirant sa capacité encore inestimable à s'adapter à toutes les situations et à triompher des plus périlleuses. Et être à même, lorsque l'animal se donne à fond, de toréer mieux que personne.
Le "ponciste" estime que Ponce est Ponce. Que Ponce est le meilleur. Et que le ciel est bleu et la campagne verte.

Marc Lavie


les anciens numeros sur le web
numero
date de parution
retrouvez toute l'actualité taurine
dans la version papier de SEMANA GRANDE.
Chaque semaine, 8 pages complètes d'information.

ABONNEZ VOUS
A SEMANA GRANDE
23 août 1999
16 août 1999
125
09 août 1999
124
02 août 1999
123
26 juillet 1999
19 juillet 1999
12 juillet 1999
05 juillet 1999